Immobilier

Louer une chambre chez soi occasionnellement : comment faire ?

Etre propriétaire de son habitation nous permet d’être libres et de profiter de certains avantages comme louer une chambre de façon occasionnelle à un étranger chez soi pour en tirer un revenu. Oui, louer une chambre chez soi permet de gagner un revenu supplémentaire et c’est là tout l’intérêt d’être propriétaire d’un logement. Si vous avez un tel projet, n’hésitez pas à le mettre à l’œuvre, car maintes propriétaires profitent déjà de ces avantages locatifs dans leur maison respective. Cela vous permet non seulement d’arrondir votre mensualité, mais aussi d’avoir de la compagnie chez vous. Sous un autre angle, c’est aussi du social, car cela soulage des charges locatives qui s’avèrent déjà assez élevées sur le marché de la location immobilière. Nous allons essayer de vous fournir à travers ce texte, le nécessaire pour mettre une chambre en location dans votre domicile.

La première étape à franchir

En toute évidence, il est essentiellement important que vous soyez en plein droit de mettre une chambre ou un appartement en location dans une propriété immobilière dont vous êtes le propriétaire. Plusieurs raisons peuvent vous motiver à opter pour ce mode de logement, personne ne vous demandera le pourquoi, c’est à vous seul d’en décider comme bon vous semble. Ce projet se trouve pertinent parce que les revenus qu’on en tire sont généralement exonérés de taxes et impôts, ce qui vous tourne en votre avantage de consolider un peu plus vos revenus.

Ne biaisez aucune étape de cette démarche de location occasionnelle chez soi, faites tout dans les règles de l’art. Rassurez-vous avant tout que la chambre en location offre de meilleures conditions de vie, une bonne aération, meilleur éclairage naturel à l’intérieur, le respect des normes sécuritaires… sont autant d’exigences qu’il faut y répondre. Il est donc possible d’effectuer même des travaux de rénovation avant la mise en location de cette chambre. Faites du confort de cette dernière un atout en promouvant un accès libre à la cuisine, aux toilettes… afin de mettre à l’aise les occupants de cette pièce.

Pour bénéficier des exonérations d’impôts, il faudra meubler votre bien locatif, c’est le principe. Enfin, selon que vous soyez en Île-de-France ou en Province, que votre tarif locatif n’excède pas respectivement les 185euros ou 136euros le m2.

Une déclaration et une annonce sont indispensables

Vous êtes le seul qualifié pour fixer le début votre activité locative occasionnelle et sa cessation, vous pouvez choisir qu’elle durera une nuit, semaine, mois voire année. L’essentiel est de procéder aux déclarations légales auprès des autorités compétentes, ensuite faire des annonces pour intéresser les locataires temporaires. En effet, on n’est pas contraint de faire une déclaration à la mairie, cela se passe en fonction de votre ville de résidence, donc renseignez-vous à cet effet avant de vous y aventurer.

Cette procédure de déclaration se fait facilement à Paris en ligne, par appel téléphonique sur la mairie… Vous n’aurez qu’à fournir le numéro identifiant de votre maison ou appartement qui détient cette location occasionnelle ainsi, la mairie mettra à votre actif le numéro d’enregistrement qui figura dans vos différentes annonces immobilières. Sans quoi vous seriez passif d’amendes pouvant allez jusqu’à 5000euros si vous esquivez une déclaration obligatoire voire des redressements fiscaux.

Les annonces publicitaires

Elles vous aideront à vite héberger des touristes locataires dans votre chambre locative, car sans les annonces, vous risquez de ne jamais accueillir un locataire après tout l’investissement. Il y a toujours un étranger qui rode dans le coin en cherchant un bon coin où loger pendant un court temps. Préférez les sites populaires de renom pour poster vos annonces comme Airbnb, Wimdu, Abritel, Papou, Homelidays qui vous aideront non seulement à avoir des locataires occasionnels, mais aussi un paiement sécurisé moyennant une commission maximum de 16%.

Déclaration de revenus aux impôts

Une cumulation de revenus est aussi à déclarer aux impôts dans la catégorie BIC. Tout revenu locatif excédant 23.000euros/an vous oblige à souscrire à la sécurité sociale sous le statut de micro-entrepreneur. Cependant quand ces revenus se trouveront entre 70.000 et 82.800euros, vous recouvrez le statut de travailleur indépendant.